Archi Addict Blog

Architecture et Autres Appréhensions de l'Espace

To AABlog translated version

Accès direct

samedi 04 mars

Mais c'est bien sûr ! Retour aux sources ...

Evidemment, il faut lire la presse spécialisée au fur à mesure de son édition. Mais enfin, parfois, elle donne assez l'impression de tourner en rond ...

Architecture à Vivre a apporté un peu de sang neuf dans une presse dont la caractéristique principale est que, quoique vous ayez lu, et quelqu'en soit le support, vous avez la nette impression de déjà vu. Ce sont toujours les mêmes corbeaux qui y défilent avec le même langage formaté. Le fomatage est d'ailleurs le costume favori de l'architecte ... sinon favori, du moins nécessaire ... dans cette profession plus que toute autre, l'habit fait le moine, et ce n'est pas peu dire, car tel le moine, l'architecte se doit d'être habillé de noir ... et est tenu d'habiller de noir ses supports de communication !!! Combien y a-t-il de sites d'architectes en couleur sur le net ?

Lassée de suivre le vol des corbeaux, particulièrement menaçants d'ailleurs en raison de la grippe aviaire, j'ai choisi de me tourner vers les papillons. Car il fut une époque où le papillon était l'ami de l'architecte. Le plus célèbre de tous ces noeuds fut celui de Le Corbusier.

Comment peut-on au XXIème siècle, après l'imposant post-modernisme, ramener encore Le Corbusier sur le tapis ?
Justement, aujourd'hui , une relecture des écrits le concernant - après un changement de siècle et de société, avec la dose de recul nécessaire à une analyse plus objective - me semble être plutôt pertinent.

Finis la société industrielle et le fonctionnement bipolaire de nos raisonnements (le beau/ le laid, le bien/ le mal,l'ancien/ le moderne, l'archaïque/ le progrès, la paix/ la guerre, la sécurité/ le risque, la ville/ la campagne, le réel/ le virtuel ...), les questions posées nécessitent des solutions encore jamais expérimentées. Et si le début de l'entrevue d'une solution passait par l'étude des "Anciens" comme lors de la première Renaissance ? Si le doute méthologique prenait son assise sur la relecture d'un "Ancien" de notre ère, à savoir Le Corbusier ?

Le choix est vaste dans les ouvrages dont on dispose sur le personnage. Un de ceux-ci m'attire davantage car il ne fut pas rédigé par Corbu, même si celui-ci l'a relu, apprécié et terminé de l'annoter en date du 16 août 1965, soit 11 jours avant son décès ... première émotion de ce livre ...

le_corbu_lui_m_me

L'auteur, Jean Petit, a écrit cet ouvrage avant que l'inventaire du patrimoine de l'architecte n'ait été réalisé par sa Fondation et tandis qu'il était encore en activité. Cette situation temporelle est importante, car l'écriture de cette biographie somme toute autorisée, ne bénéficie d'aucun recul historique. C'est en partie ce qui en fait le charme et l'intérêt.

Les lettres de jeunesse de l'architecte à son maître L'Eplattenier sont particulièrement émouvantes. Elles dénotent une intelligence brillante, une maturité impressionnante chez un autodidate de 20 ans et un esprit déjà visionnaire. Elles retracent sa recherche personnelle, son évolution, sa rupture avec les idées du passé, sa volonté de toujours s'améliorer et de ne jamais cesser d'apprendre.
Les quelques extraits ci-dessous me semblent aller à l'encontre des idées reçues qui prévalent encore un siècle plus tard dans les écoles et dans les agences  :

  • Alors qu'aujourd'hui, l'image, le dessin (informatique ou pas) est toujours prédominant à tel point qu'alors qu'il n'est que la virtutalité d'une réalisation en devenir, il est souvent considéré comme la réalité construite elle-même, Le Corbusier écrivait à 20 ans, il y a un siècle :[...] C'est Gustave Perret qui m'a appris que le dessin était le plus grand danger de l'architecte. Ne pas dessiner, mais voir d'abord le projet. Dans son cerveau : " le dessin n'est utile que pour aider à la synthèse des idées pensées " [...]

  • Ceux qui, au sortir de l'école, considère leur apprentissage comme terminé, sont toujours légion :[...] Pauvre ! tu ne sais encore rien, et, hélas, tu ne sais pas ce que tu ne sais pas. [...] Ma lutte contre mes amis sera la lutte contre leur ignorance. Non que je sache quelque chose, mais parceque je sais que je ne sais rien [...]

Le dessin et l'école, deux thèmes sur lesquels il est intarrissable. Et les pensées qu'il exprime à ce sujet sont toujours d'actualité !

Dans un prochain billet traitant du même sujet, j'en livrerai d'autres à votre réflexion.

Bon Week-End !

Note : Pour une biographie succinte faite par aROOTS, cliquez ici

... de la pensée

Tags :
Posté par ArchiAddict à 22:59 - Relecture des classiques - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Charlotte Perriand

    Merci pour le commentaire. L'expo sur C Perriand a lieu jusqu'au 10 avril au Centre Pompidou. A voir absolument !

    Posté par cecile slb, mardi 07 mars à 09:00
  • Merci pour l'info ...

    ... et le commentaire ! A plus !

    Posté par ArchiAddict, mardi 07 mars à 12:41

Poster un commentaire