Archi Addict Blog

Architecture et Autres Appréhensions de l'Espace

To AABlog translated version

Accès direct

mardi 26 décembre

Je suis passée ...

PIERRE2
Crédit : ArchiAddict

Quelle déception ! Mais déception encore plus grande que celle de ne pouvoir vous en parler ...

Néanmoins, cette expérience me donne l'occasion de revenir (enfin !) sur le billet de Benoît concernant l'urbanisme politique.

Je partage son point de vue sur l'urbanisme. Considéré uniquement comme un champ technique, il mène aux catastrophes que l'on connaît : pas d' "urbanité", un paysage "globalisé" et uniformisé où que l'on se trouve, une ghettoïsation des espaces, etc etc ... catastrophes qui soulèvent quelques questions :

Pourquoi l'urbaniste (contrairement à l'architecte) laisse-t-il rarement (exceptions faites de Barcelone, Brasilia, Chandigarh ... par exemple) sa marque, sa signature ? Est-ce par peur ou par modestie ? Considère-t-il que le résultat est imputable à une équipe dont il fait partie ? Ou est-il conscient que rien n'existe tant que la population ne se l'est pas approprié, n'y a pas insufflé ses modes de vie ?

N'est-ce pas pour lui imputer la responsabilité de ce qui ne va pas que l'on veut absolument circonscrire l'urbaniste dans sa fonction de technicien ? Je me rappelle d'une douloureuse "circonscription" de la part d'un élu : à une question que je soulevais (question d'ordre plus général concernant le problème de la gestion du risque au regard de la loi SRU) je me suis vue répondre que "je n'avais pas à me poser ce type de questions". L'urbaniste qui se soucie d'urbanisme politique marche sur des plate-bandes où certains ne veulent pas le voir ... Et le professionnel qui se remet en permanence en question suscite la méfiance : ne serait-il pas instable ?

De l'utopie en urbanisme ? Certes oui, pour avancer, pour s'améliorer, ne renoncer à aucune ambition ... mais "l'homme au centre de tout" ne représente pas pour moi une vision idéale. Concevoir (projet urbain ou architectural) ne peut se faire qu'en plaçant l'homme au centre du projet. C'est un fait : nous concevons ce qui sera l'espace de vie des hommes. Nous ne sommes pas des sculpteurs. Placer l'homme au centre de tout, c'est faire preuve de pragmatisme. Si nous ne procédons pas ainsi, nous concevrons des lieux impossibles à vivre. Les espaces qui fonctionnent ne sont-ils pas ceux qui ont placé l'homme au centre du projet, en ont respecté ses besoins, son échelle physique, son désir de s'"élever", de communiquer, de partager ... ?

Quant au diagnostic s'il a en commun d'être pratiqué par le médecin et l'urbaniste, il ne peut, chez l'un ni chez l'autre (et peut-être encore moins chez l'urbaniste) ne pas coexister avec le pronostic. L'urbaniste se doit de faire un travail "prospectif" né d'une réflexion permanente tentant d'analyser les enjeux qui interfèrent dans son domaine de prédilection, même -et surtout - s'il n'a pas à se poser ce type de questions !

Et derrière le professionnel il y a bien sûr le citoyen ... mais quand le citoyen s'exprime, il a du mal à laisser au vestiaire sa veste de professionnel ... et parcequ'il est ce professionnel, il participe davantage aux démarches citoyennes ... tant et si bien que certaines démarches citoyennes peuvent être dangereusement peuplées de professionnels ou ... d'élus (oups, j'avais dit que je n'en parlerais pas ;-) au détriment d'autres citoyens ... si l'expertise citoyenne devenait une expertise d'experts déguisés en citoyens, aïe, aïe, aïe ...

Concevoir ensemble la ville dans laquelle chacun à l'envie de vivre, bien sûr, tout en ne mettant pas en péril la qualité de vie de ceux qui y vivront quand nous n'y seront plus, sûrement ! Pourquoi pas être encore plus humble : est-il possible de ne rien faire qui ne puisse être irréversible, de concevoir en prévoyant d'éventuelles modifications, bref, en n'inscrivant pas définitivement dans le marbre quelque chose qui puisse éventuellement nuire à moyen ou long terme ? Est-il possible que l'ego s'efface derrière le projet ?

L'ambition n'empêche pas l'humilité. C'est l'égocentrisme qui l'empêche.

Merci Benoît pour ton excellent article. Joyeuses fêtes de fin d'années à tous !

... de l'autre côté du miroir

technorati tags:
del.icio.us tags:
icerocket tags:

Tags : ,
Posté par ArchiAddict à 22:49 - Urba - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire