Archi Addict Blog

Architecture et Autres Appréhensions de l'Espace

To AABlog translated version

Accès direct

mardi 20 mars

L'homme dans l'espace ...

SOURCES

Au gré de mes pérégrinations dans la blogosphère, alors que je suis en train de rédiger un billet sur les oxymores, pléonasmes et autres délices utilisés en architecture, je suis arrivée sur le blog (ou le site ?) de LéO. Qu'en dire ?

C'est pour moi plus qu'un blog (site ?) coup de coeur. Hormis dans certaines alcôves de l'Institut Horta (à ma connaissance), ce sujet de recherche, dès qu'il est abordé avec des architectes, suscite le plus souvent un soupir de compassion polie. Franchement, la phénoménologie de l'espace : " kesako monzami ? A. Moles à Strasbourg, il est au parlement ? "
Il est vrai qu'il est plus facile d'utiliser ses ressources en matière grise pour " créer ", voire, pour les plus courageux pour " calculer "... c'est nettement plus rentable. Et puis l'espace, c'est notre fond de commerce mais pourquoi donc l'appréhender ?

Un blog (site ?) à consommer sans modération donc ! Un seul regret : sa non-interactivité. Mais c'est un détail au regard de la richesse de son contenu.

... et au centre du projet

Tags : ,
Posté par ArchiAddict à 21:26 - Coup de coeur - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    il y a eu une suite...

    Bonjour, comme vous aviez trouver les questions plutôt intéressantes et que cette recherche a abouti à un travail expérimental rendu l'année dernière, je profite d'un commentaire pour vous laisser deux liens,

    l'introduction avec les développements illustrés (j'ai toujours tendance à rendre les textes pas trop lisibles par une charte graphique "exotique", je m'en excuse),

    http://www.boeldieu.com/~leonard/Site_Leo/INTRODUCTION_ET_ENJEU.html

    et une petite animation,

    http://www.boeldieu.com/~leonard/Site_Leo/ANIMATION.html

    Je suis très intéressé de savoir comment résonne dans votre blog ces questions de morphologies architecturales,

    en vous souhaitant bonne journée,

    léonard

    Posté par leon, mercredi 10 décembre à 16:41
  • Merci!

    Bonjour,
    Je te remercie pour cette découverte, j'ai pas encore eu le temps de tout lire, j'ai juste parcouru une toute petite partie, c'est très intéressant, ça mérite une longue lecture.

    Posté par DETAILS, mercredi 21 mars à 08:38
  • J'aime permettre des rencontres.
    Internet n'a pas encore remplacé les apéros mais offre d'intéressantes opportunités ;o)

    Posté par Benoît L., mercredi 21 mars à 11:34
  • D'un abord peu évident malgré la trivialité de la chose comme le dit l'introduction. Je n'ai pas encore tout lu et pour ce qui est de comprendre...
    Mais un peu intuitivement sans doute ; aussi parce que vous évoquez oxymores et pléonasmes en architecture (je suppose que vous parlez du langage "sur", voire "de" l'architecture)je crois avoir compris qu'il s'agissait aussi de la manière de rendre compte de l'expérimentation de l'architecture et de ses espaces. De la manière de décrire un projet qui n'est pas encore un espace construit et donc expérimentable. Et finalement de concevoir l'architecture comme un espace essentiellement vécu et pas seulement métrique et pratique.
    On distingue assez facilement esthétique et poïétique dans le domaine des arts plastiques comme une espèce de différence entre "le voir" et "le faire", entre l'expérience visuelle et l'expérience pratique. Il y a je trouve, dans la question de la phénoménologie de l'espace lié à l'architecture quelque chose de très lié à ça. Et j'y suis particulièrement sensible.... intuitivement.

    Posté par van acker, mercredi 21 mars à 19:20
  • Détails : moi non plus je n'ai pas encore eu le temps de tout lire ! Mais le peu que j'ai lu m'a enthousiasmée !

    Benoit : le petit verre de blanc virtuel n'a pas le charme de celui qui étanche la soif en vrai ;-D ! C'est vrai que chez toi, il faut cliquer sur le nom de tes lecteurs-commentateurs : on fait ainsi de très jolies découvertes (et un petit coup de pour pour Chez Belan) !

    Van Acker : c'est vrai que c'est ardu, mais les questions soulevées sont fondamentales. Pour preuve : il y a quelques années est sortie la revue "Architecture à Vivre". Ce qui sous - entendait qu'il n'existait pas de revue qui mettait en avant les architectures " à vivre ". Et c'est vrai : il n'y avait que des revues qui mettaient en avant des architectures à regarder ! Et on s'étonne que le public se méfie des architectes ? Mais le public il doit vivre (travailler, se distraire, se reposer ...)dans ce que construisent les architectes !
    Quant au langage sur l'architecture, c'est exactement ce que vous dites. J'aime assez l'image de l'acteur du film "l'auberge espagnole" qui se voit jouant du pipeau en dansant autour de son interlocuteur dès que celui-ci essaye de le noyer dans un interminable verbiage. Nous sommes spécialistes des "mots-valises", ceux qui peuvent contenir tout et n'importe quoi et anesthésient notre interlocuteur qui ainsi se sent tellement, mais tellement ignare ! Nous avons une panoplie de signes et de mots creux pour parler de trucs simples de bons sens ... mais ce serait ... trop simple, et nous n'aurions pas l'air intelligents et investis d'un esprit créatif ! Un jour peut-être ferais-je un inventaire à la Prévert de ces mots-là.
    Quant à la différence entre le "voir" et le "faire", elle est bien perçue en architecture, mais occultée : le "voir" est tellement plus vendable et rentable que le faire !!!
    Bonne journée et au plaisir de lire vos commentaires !

    Posté par AA, jeudi 22 mars à 09:12

Poster un commentaire